samedi 13 octobre 2012

Raf Simons pour Dior.

  

J’étais resté sans voix lors de la première collection de Raf Simons pour Dior en juillet dernier devant la pauvreté du défilé, en comprenant la pression qu’il devait subir…
"Je voulais un véritable nouveau look, Je voulais donner à la collection un certain classicisme et un côté très parisien pour Dior, apporter une sorte de nouvelle liberté, de nouvelle sensualité" avait expliqué à l'AFP en backstage le créateur belge. À part le décor du défilé, absolument somptueux, de fleurs fraîches piquées sur les murs de l'hôtel particulier parisien, du sol au plafond, roses au parfum puissant, orchidées vanda et grappes de delphinium … Ce premier défilé Haute-Couture Dior, était destiné à une mode rentrée en pleine récession. C’est-à-dire l’inverse de ce qu’avait fait Monsieur Dior, à la sortie de la guerre, en présentant une collection d’un luxe inouï et fait rêver le monde entier, avec le succès à la clé.
Mais en voyant la collection de prêt-à-porter qu’a livré fin septembre, le nouveau directeur artistique de la maison Dior, la voix m'est revenue. C’est bien de reprendre les fondamentaux de Monsieur Dior, tout le monde le fait en ce moment, crise oblige, les maisons se recentrent sur leurs propres codes. Ça rassure. Mais l’époque a changé, depuis la collection de 1947 ou Christian Dior faisait défiler la veste Bar. Tous les créateurs qui ont succédé au maitre ont livré leur vision de la mythique veste, avec plus ou moins de bonheur. Marc Bohan, réaliste et élégant,  Gianfranco Ferré, flamboyant et baroque,  John Galliano, bousculant les codes avec malice. Mais dans le cas présent, celle de Raf Simons, tellement banale, est certainement dédiée à une femme "normale", dans l’air du temps; cette normalité que l'on sait déjà démodée... Que dire des fameux drapés qui font partie de l'histoire de la maison? Les siens sont si torturés, si maladroits, qu’ils gomment toute forme de féminité. Et le choix des couleurs ! Quand on n’est pas un coloriste, on s’en tient à une gamme étroite, comme Amani. On nous parle d’épure, moi, je dis, pauvreté. L’épure c’est Cristobal Balenciaga, c’est Gabrielle Chanel ou Azzedine Alaïa. Il faut avoir un sacré talent pour retirer tout superflu et atteindre l’essentiel. Ce qui n’est pas le cas ici. Je ne sais pas où sont passés les ateliers Dior, car je n’ai pas retrouvé leur savoir-faire inimitable. Quoi qu’il en soit, cette femme banale, normale, n’est pas désirable. La mode doit susciter de l’envie et du rêve.
Madame tout le monde Dior, très peu pour moi. Vive la Parisienne qui à ce petit plus qui la différencie et que tout le monde nous envie, car elle est désirable.
Le site de la maison Dior: http://www.dior.com
Le site de Raf Simons: http://www.rafsimons.com






 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de signer vos messages....
Drop me a line...
Emmanuel.